« Façade Denfert »

Une interface poreuse 2/2

12 juin 2020

Le bâtiment historique de l'Oratoire, sur l'avenue Denfert-Rochereau
© 51N4E / lotoarchilab


Le projet retenu pour la « Façade Denfert » du futur quartier organise la cohabitation d'une diversité de programmes et d'ambiances, urbaines ou paysagères. 
Benoît Lanon, architecte à l’agence bruxelloise 51N4E, mandataire du groupement lauréat, la décrypte dans la seconde partie de l'entretien accordé au blog de projet.

Le projet intègre une programmation résidentielle importante. Comment les logements cohabitent-t-ils avec les autres fonctions du lieu ?
La tranquillité des logements est un enjeu essentiel du projet. Dans le bâtiment de l’Oratoire, ils s’ouvrent sur la cour centrale transformée en jardin planté et calme. L’accès à la Pouponnière se fait depuis l’arrière-cour, renommée Cour Cachée. Une verrière vient couvrir cette cour, nouveau foyer de la pouponnière, atténuant ainsi le son produit par les usagers. Aucun logement ne s’adresse sur cette cour, qui relie l’avenue Denfert Rochereau à la voie en boucle, permettant ainsi l’évacuation de la salle polyvalente directement sur la voie, sans perturber la quiétude des résidents.


La cour Oratoire © 51N4E / lotoarchilab


Autour de la cour Robin nous avons disposé majoritairement des chambres, utilisées principalement lorsque les boutiques du rez-de-chaussée sont fermées. Enfin, dans les bâtiments historiques préservés, les logements partagent les paliers d’escalier avec la résidence d’artistes, l’incubateur, les ateliers… Ces espaces originellement très généreux, conçus pour les flux d’un bâtiment à usage collectif aux larges circulations, deviennent des lieux mutualisés. Un sas protège néanmoins l’accès et l’intimité des logements. Nous menons une réflexion sur la manière de gérer les différents seuils pour proposer une gradation entre le tout public et l’espace de l’intime.


La cour Robin © 51N4E / lotoarchilab


Avez-vous prévu d’autres types de « communs » dans le projet ?
Dans le bâtiment entre les cours Robin et Oratoire, un « hall augmenté » librement appropriable, réinterprète l’espace de stationnement vélo qu’il nous était demandé de créer. Le parking vélo est optimisé et une pièce peut être libérée pour des usages collectifs : réunion associative, anniversaire, exposition organisée par les pensionnaires… Cette pièce en rez-de-chaussée se situe dans un lieu stratégique du projet : elle peut s’étendre sur la cour Robin et est en lien direct avec la grande croisée verte du plan urbain. Cette situation privilégiée lui offre une visibilité qui renforce la dynamique du quartier.

Comment la performance environnementale des bâtiments anciens préservés est-elle atteinte ?
Une construction comme l’Oratoire, avec ses larges murs de pierre, présente déjà une grande qualité par leur inertie thermique. L’enjeu est de l’améliorer en utilisant des matériaux respectueux de cette structure. Aussi, un isolant en chaux-chanvre habille les parois, à l’intérieur, garantissant la migration de l’humidité à travers l’ensemble du mur et favorisant sa préservation à terme. Avec cette mise en œuvre, les murs atteignent un mètre de largeur, mais cette contrainte est tournée en atout. Leur grande épaisseur est mise à profit pour créer une double fenêtre renfermant un espace librement appropriable par les occupants du site. Il est vitrine, au rez-de-chaussée, pour les commerçants ou les artistes. Il devient mini serre, aux étages, pour les logements, prolongeant ainsi la logique de plantations en pots qui constitue un peu le fil conducteur paysager du projet.


La voie d'accès au futur quartier, entre les bâtiments Robin (gauche) et Denfert (droite) 
© 51N4E / lotoarchilab


En quoi consiste ce fil conducteur paysager ?
Partout, la végétation combine des sujets plantés en pleine terre et d’autres en pots. Ces pots, de toutes les dimensions, confèrent une identité particulière à la « Façade Denfert ». Conçus par des artistes et réalisés avec des matériaux de réemploi, Ils jalonnent l’espace depuis l’extérieur jusqu’aux logements en passant par les espaces mutualisés et les espaces de distribution. Ceci-dit, des ambiances variées sont proposées) dans les différentes cours et passages de la « Façade Denfert ». La cour Robin est majoritairement minérale, afin de pouvoir donner accès facilement aux commerces qui la bordent et lui permettre une grande flexibilité d’usages. La cour de l’Oratoire présente, elle, une végétation dense, comprenant les arbres préexistants préservés et d’autres plantés. Enfin, au sein de ces espaces, les cheminements sont pavés de matériaux de réemploi —ardoise ou terre cuite — issus des couvertures des toitures déposées. La Cour Cachée est, elle aussi, pavée d’ardoise de récupération. Ombragée, couverte et cerclée de larges murs en pierre, elle offre un climat singulier permettant de développer une palette végétale très singulière, participant à la création d’une atmosphère unique.

Lire la première partie de l'interview

Laissez un commentaire