Grands Voisins

Ce n’est qu’un au revoir

22 juin 2020

Les Grands Voisins ont rouvert leurs portes le 4 juin. Pour un dernier été à Saint-Vincent-de-Paul. Déjà ils rebondissent ailleurs.

Fin septembre, le quartier Saint-Vincent-de-Paul entrera dans une nouvelle phase de travaux avec la construction ou la rénovation des différents immeubles. L’ensemble du site sera dès lors inaccessible au public pour les quatre années que durera sa métamorphose. Après six années intenses et fructueuses d’occupation transitoire, Les Grands Voisins vont quitter les lieux.

D’ici là, ils nous offrent un dernier tour de piste, revigorés par la sortie du confinement. Durant cette période, l’hébergement d’urgence et les initiatives d’aides alimentaire n’ont jamais cessé : tous les jours, 1 300 paniers-repas étaient distribués par l’association Aurore et 1 200 repas étaient préparés et offerts aux plus précaires par le collectif Raliment. Mais, l’accueil du public extérieur avait, lui, été suspendu sine die dès le 17 mars.

Le 4 juin dernier, le site a enfin pu rouvrir. Dans la tradition et l’esprit du lieu, un riche programme culturel et événementiel est proposé à tous. Il faut profiter de cet été, de l’ambiance unique de l’ancienne friche hospitalière réinvestie, et de la rencontre avec tous ceux qui la peuplent — artisans, résidents, restaurateurs, bénévoles, artistes… — et la font vivre. Retrouvez toutes les infos sur le site des Grands Voisins.


© Les Grands Voisins (Aurore, Yes We Camp, Plateau urbain)

Pour retrouver, par la suite, les Grands Voisins, ce sera ailleurs. Aux Cinq Toits, Yes We Camp, Aurore et Plateau urbain font vivre depuis 2019 l'ancienne caserne Exelmans, au cœur du 16e arrondissement. En attendant sa reconversion, le trio a développé, selon un modèle éprouvé mais sans cesse réinventé, un urbanisme transitoire mêlant hébergement d’urgence et activités solidaires, commerciales, culturelles, écologiques, sportives… ouvertes à tous. À Nanterre, depuis 2018, Yes We Camp réinvente, en solo cette fois, une friche urbaine, « Vive les Groues », réintégrée à la ville, avant sa transformation en quartier.

Laissez un commentaire