Déconstruction de Lepage

Étape intermédiaire

22 novembre 2019

© Sergio Grazia

Après une première phase achevée à la fin de l’été, les travaux se poursuivent avec un même objectif : le réemploi des matériaux.

Quatre étages, 2 570m2 de surface totale, le bâtiment Lepage, construit dans les années 1980, s’apprête à laisser place à des logements neufs. Mais avant, une patiente déconstruction a été entreprise. En février 2019, une phase de curage l’avait précédée, suivie par des opérations de désamiantage de mars à début juillet 2019.

Le démantèlement de la structure en béton de l’édifice, se poursuit en deux temps. D’abord les 2e, 3e et 4e étages, déconstruits durant le mois d’août.

La seconde phase portera sur le rez-de-chaussée et le premier étage, ainsi que sur les deux niveaux de sous-sol. Elle débutera en janvier 2020, et devrait durer environ un mois.

Entre les deux, des travaux de consolidation temporaire de la structure sont effectués, depuis septembre, côté rue Boissonade : un mur de confortement et, en complément, des butons, éléments horizontaux d’étaiement provisoire.

Le temps du réemploi

Avant que le bâtiment ne disparaisse complètement, des matériaux de toute nature ont été récupérés. L’intervention s’inscrit dans la poursuite de la démarche de réemploi souhaitée par la Ville de Paris et P&Ma (voir article du blog). Des portes, y compris de placards, des dalles de faux plafond et près de 300 pierres agrafées, éléments d’habillage de façade, ont été récupérées. Des matériaux préalablement recensés lors d’un inventaire-ressource dressé par l’agence Mobius, coordinatrice de la démarche réemploi à Saint-Vincent-de-Paul.

Toujours propriété de l’aménageur, ces éléments ont été, après dépose, stockés sur place, en attendant de trouver repreneurs et nouveaux usages (mobilier, habillage de façade…).

Toujours propriété de l’aménageur, ces éléments ont été, après dépose, stockés sur place, en attendant de trouver repreneurs et nouveaux usages (mobilier, habillage de façade…).

Les bétons issus de la démolition du gros œuvre seront broyés et laissés sur place à la fin du chantier. Concassés et criblés ensuite par l’entreprise en charge des travaux de déconstruction des bâtiments Petit-CED, Chaufferie, Colombani, Rapine et Médecine du travail, ils seront valorisés in situ, en plateformes de chaussée ou remblais. Cette opération de concassage-criblage devrait se dérouler au cours du second semestre 2019.

Laissez un commentaire