Construction biosourcée

P&Ma adopte le bois

22 décembre 2020

Signataire en novembre dernier du premier Pacte Bois-Biosourcés, P&Ma s’est engagé à développer l’utilisation de matériaux de construction d’origine biologique. Le projet Saint-Vincent-de-Paul s’inscrit dans cette démarche écologique.

En France, à lui seul, le secteur de la construction produit un tiers des émissions de gaz carbonique. Et 60% du bilan carbone d’un bâtiment neuf résulte des matériaux utilisés pour sa construction. Le choix de ces derniers constitue donc un levier de décarbonation très efficace que Paris & Métropole Aménagement (P&MA) traduit en actes. La mise en œuvre de matériaux biosourcés fait déjà partie des exigences de l’aménageur. Elle se traduit, à Saint-Vincent-de-Paul, dans la rédaction de cahiers de prescriptions particulières. Ces documents techniques détaillent, à l’intention des concepteurs, promoteurs et bailleurs qui vont projeter et construire les immeubles du quartier, les principes environnementaux et objectifs qui encadrent leur intervention. Schématiquement, les matériaux d’origine naturelle renouvelables sont privilégiés ; ceux dérivés de ressources fossiles sont, eux, drastiquement restreints. Dans cette perspective, le bois fait un retour en force. Systématiquement écarté au cours des siècles passés au profit du fer ou du béton pour la structure des bâtiments, on redécouvre aujourd’hui ses multiples atouts écologiques d’abord, mais pas seulement. Contrairement aux idées reçues, le bois résiste, par exemple, exceptionnellement au feu.

Saint-Vincent-de-Paul l’a adopté pour plusieurs constructions : les îlots résidentiels Chaufferie et Petit ainsi que le gymnase semi-enterré de l’équipement Pinard. P&MA souhaite aller plus loin aujourd’hui avec la signature, le 5 novembre dernier aux côtés des acteurs franciliens de la construction, du Pacte Bois-Biosourcés. L’initiative de la filière interprofessionnelle FIBois (forestiers, entreprises de transformation du bois, et de construction…) a réuni 28 aménageurs, bailleurs et promoteurs franciliens « pour marquer leur soutien commun au développement des savoir-faire et des filières de production locales » (les scieries par exemple, maillon essentiel de la filière, ont été divisées par 10 depuis les années 60). Ensemble, ceux-ci ont pris trois engagements. Un premier sur la réalisation, en quatre ans, de 10% à 40% de constructions ou réhabilitations en bois et/ou matériaux biosourcés. Un second vise un objectif d’utilisation de 30% de bois issu de forêts gérées durablement et matériaux biosourcés français. Le dernier s’attache aux moyens nécessaires à la concrétisation de ces ambitions tant en termes de compétences des maîtres d’ouvrage que d’organisation des rapports entre les acteurs concernés.

De son côté FIBois Île-de-France redouble d’efforts pour répondre aux besoins et exigences de ses partenaires constructeurs : création en 2021, d’un Observatoire de la construction bois et biosourcés en Île-de-France, renforcement de la traçabilité́ des matériaux favorables aux circuits courts, incitation et accompagnement de la contribution financière à la régénération de la forêt francilienne, complémentarité accrue des labels et certifications techniques…

Dans le prolongement de l’expérience Saint-Vincent-de-Paul, P&MA étend aujourd’hui ses engagements sur toutes ses opérations parisiennes.

Laissez un commentaire