Clichy-Batignolles

Transmission des énergies

07 décembre 2020

Le quartier Clichy-Batignolles
© P&Ma - Sergio Grazia


Avec le projet CoRDEES, l’écoquartier parisien Clichy-Batignolles avait livré d’intéressantes pistes en matière de maîtrise énergétique. La stratégie adoptée pour Saint-Vincent-de-Paul les exploite aujourd’hui.

Participation, mobilité, réemploi des matériaux de construction… Saint-Vincent-de-Paul se veut expérimental dans bien des domaines. Il s’inscrit toutefois dans un processus plus global de réinvention de la ville et tire les enseignements de démarches engagées antérieurement sur d’autres opérations. Ainsi pour échafauder la stratégie énergétique du nouveau quartier, P&Ma, son aménageur, a pu s’inspirer du projet CoRDEES*. Le programme mené au sein de Clichy-Batignolles, opération parisienne emblématique de la dernière décennie, a permis de mieux comprendre une anomalie énergétique : la distorsion entre performances théoriques des bâtiments livrés par les promoteurs et performances réelles en exploitation, c’est-à-dire une fois habités.


Le quartier Clichy-Batignolles © P&Ma - Sergio Grazia


La mesure du problème
Pour évaluer finement les consommations énergétiques quotidiennes, 1 100 capteurs ont été installés dans les immeubles d’un secteur tout juste livré de Clichy-Batignolles. Parallèlement des partenariats d’étude ont été noués avec les fournisseurs d’énergie, CPCU pour l’eau chaude et Enedis pour l’électricité. L’analyse des données recueillies a permis d’identifier les différents facteurs de surconsommation. Par exemple, certaines habitudes des occupants ou des réglages inappropriés des installations de chauffage. Toutefois, les dispositions permettant de réduire l'écart entre performances théoriques et performances réelles n'ont pas pu toutes être prises à Clichy-Batignolles, car il était bien tard : les immeubles avaient été déjà construits et livrés. En revanche, elles ont été intégrées très tôt dans le processus de projet de Saint-Vincent-de-Paul.

Smart grid, commissionnement, facilitation
Les bâtiments du futur quartier seront tous dotés d’une instrumentation de mesure des consommations et de gestion de l’énergie inspirée du label « Ready 2 Services » de Certivea, organisme certificateur indépendant. Ce réseau, le smart grid, les rendra communicants et accessibles aux différents opérateurs pour permettre une gestion énergétique efficace à l’échelle du nouvel ensemble.

Le réglage progressif des installations de chauffage jusqu’à atteindre le niveau de performance contractuel — le commissionnement — jouera ici un rôle décisif, confirmé par CoRDEES. L’opération nécessite du temps et s’effectue en situation d’usage réel de l’immeuble occupé. Or, la plupart du temps les promoteurs livrent des bâtiments, sans engagement de résultat en ce qui concerne les performances énergétiques. Dans le cadre du projet Saint-Vincent-de-Paul, ils seront contraints d’assurer les opérations de commissionnement pendant deux ans avec des pénalités financières en cas de manquements.

La technologie n’est pas seule garante d’une gestion raisonnée de l’énergie. Une personne morale avec un rôle de « facilitateur énergétique » peut agir de manière complémentaire en ce domaine. Celui-ci assurera in situ de nouveaux services : collecte et analyse des données, mobilisation des habitants, usagers et gestionnaires des immeubles, réduction des écarts de performances par des mesures adaptées comme le réglage et l’entretien des installations énergétiques… Le statut précis et le modèle économique d’intervention du facilitateur énergétique seront précisés lors des phases ultérieures de développement du projet.

* Co-responsibility in District Energy Efficiency & Sustainability

Laissez un commentaire