Pavillon Jalaguier

La chirurgie, avec des gants

12 décembre 2018

Le pavillon Jalaguier (dénommé Verneuil à l'origine) est réalisé en 1893-1897, sous la maîtrise d’œuvre de Justin-Jean-Marie Rochet, architecte de l’administration. Il est construit autour d’une nouvelle cour mitoyenne de la cour Robin, aménagée, elle, dès 1881, et fait face au pavillon Pasteur de l’époque, différent de celui récemment démoli.

Le pavillon, consacré à la chirurgie orthopédique, porte le nom d’un grand praticien, Jean Adolphe Prosper Jalaguier. C’est lui qui utilise pour la première fois, en 1888, des gants en latex, non stérilisés, pour se protéger des infections comme de l’agressivité de certains antiseptiques et produits de stérilisation. L’innovation mettra du temps à s’imposer : en 1920, nombre de chirurgiens opèrent encore mains nues (1).

Deux corps de bâtiment composaient le pavillon Jalaguier. L’un abritait, au rez-de-chaussée et au premier étage, deux salles de huit lits chacune, l’une pour les filles et l’autre pour les garçons. L’autre, d’un seul niveau, une salle d’opération éclairée… par une grande porte vitrée et une ouverture zénithale en toiture. Les murs et les sols étaient revêtus de carreaux de grès cérame.

Le pavillon Verneuil de l'ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul© Archives de l’Assistance publique des hôpitaux de Paris


Le bâtiment est agrandi en 1922. La salle d’opération est surélevée d’un étage et deux extensions perpendiculaires au bâtiment principal sont réalisées. En 1927, l'ensemble est converti en « pouponnière des débiles ». Soixante ans plus tard, les architectes Philippe Alluin et Jean-Paul Mauduit interviennent dans un pavillon devenu garderie et crèche. Ils en réalisent une extension contre le mur de clôture de l'avenue Denfert-Rochereau. Un grand hall d'attente pour le public avec ses dépendances (sanitaires, vestiaires…), une loge d'accueil avec standard téléphonique, directement accessibles depuis la voie, sont créés.

En 1962, l’établissement hospitalier dans son intégralité fait l’objet d’une vaste réforme structurelle. L'hospice et l'hôpital sont clairement séparés, tant sur le plan administratif que de l'organisation spatiale. Le pavillon Jalaguier, comme le premier pavillon Pasteur, est alors affecté à l'hôpital, qui s'organise à cette époque autour de trois pôles de compétence - pédiatrie, chirurgie pédiatrique, gynécologie obstétrique.

(1) « L'habit du chirurgien en salle d'opération : 100 ans d'histoire » par Louis P. Fischer, Prem Sincan, Bénédicte S. Fischer

-----------

Image en page d'accueil : © Archives de l’Assistance publique des hôpitaux de Paris

Laissez un commentaire