CAUE de Paris

Comprendre la ville avec les Petites Conférences

09 septembre 2019

Après la pause estivale, Les Petites Conférences de Saint-Vincent-de-Paul reprennent le 7 octobre prochain. En amont de cette rentrée, Solène Mourey, du CAUE de Paris, revient dans un entretien sur l’objectif de ces soirées coorganisées avec Paris 1 Métropole Aménagement dans le cadre convivial des Grands Voisins.

Les Petites Conférences représentent une démarche inhabituelle dans le cadre d'un projet urbain. Quelle est leur intention ?

Le projet Saint-Vincent-de-Paul sert de point de départ pour partager avec le public une culture et un imaginaire de la ville. D’autres références de projets urbains sont mobilisées afin de resituer la reconversion de l’ancien hôpital dans l’évolution plus globale de la ville. C’est une mise en perspective du projet.

Par ailleurs, un cycle de rencontres de ce type, inscrit dans la durée, fidélise le public. Une dimension essentielle pour nous, sensibilisateurs, car les participants s’approprient plus facilement le projet et les messages que nous leur adressons. Il permet aussi de faire vivre le projet préalablement aux opérations, pendant le temps long de la fabrication de la ville. Enfin, pour les riverains comme pour l’ensemble du public, les Petites Conférences représentent l’opportunité de découvrir le site. Elles se déroulent dans la Lingerie et la Pouponnière, deux lieux emblématiques du futur quartier.

Quels sont les enjeux urbains qui vous paraissent les plus intéressants à partager avec le public ?

Sans établir de hiérarchie, un enjeu central est celui de la gestion de l’eau associée à l’espaces public. Comment traiter l’eau de pluie en ville pour améliorer sa résilience face au changement climatique ? Comment tirer parti de cette ressource ? Le projet Saint-Vincent-de-Paul répond à ces questions. Il collecte l’eau dans l’espace public, la rend visible, supprime les rejets et favorise biodiversité et création d’îlots de fraîcheur.

Le sujet des « communs urbains » témoigne, lui, de l’exigence nouvelle de donner du pouvoir aux habitants, de les impliquer dans la programmation et la gestion de certains lieux. Pour favoriser appropriation et responsabilisation, créer une communauté, développer la mutualisation avec un bénéfice collectif. Hormis le jardin partagé, les communs urbains restent à inventer. Ils peuvent prendre la forme de commerces autogérés, de parkings vélos mutualisés… ou revêtir une dimension immatérielle : organisation de temps dédiés aux enfants, d’événements festifs…

Le CAUE est un observateur privilégié de l'évolution de Paris à travers la diversité de ses projets. Comment y situez-vous Saint-Vincent-de-Paul ?

Un des apports majeurs à l’urbanisme parisien est l’occupation transitoire des Grands Voisins. Le site a accueilli des activités sociales – hébergement de populations précarisées, initiatives d’économie sociale et solidaires, commerces alternatifs – ainsi que le public plus largement dans un espace des possibles festif et convivial. Le tout à une échelle inédite, celle de tout un quartier ! En générant une dynamique de socialisation, de découverte du site, de contribution à la programmation du projet d’écoquartier. Ainsi, pour les acteurs de la ville, l’occupation transitoire représente désormais un temps à part entière du projet urbain.

Le projet conserve aussi 60% du bâti existant, considéré, au-delà de sa dimension patrimoniale, comme une ressource dans une perspective de développement durable. C’est le principe même de l’aménagement sobre, qui se prolonge dans celui de la déconstruction : les bâtiments voués à la démolition font l’objet d’un démontage au vu du réemploi direct d’une partie de leurs matériaux.

Quel bilan tirez-vous du premier cycle de Petites Conférences ? Quelles sont les thématiques envisagées pour le second cycle de Petites Conférences, en octobre 2019 ?

Le bilan est encourageant. Dans l’esprit des Grands Voisins, les Petites Conférences se déroulent dans une ambiance conviviale : les lieux sont accueillants, le bar est ouvert pendant la soirée et des participant s’attardent dans les lieux pour discuter autour d’une bière avec nous ou l’équipe de P&Ma, l’aménageur. Le public a été au rendez-vous. Nous recommencerons avec enthousiasme à la rentrée avec des sujets comme l’énergie, les mobilités et les commerces. De quoi répondre à la curiosité de ceux qui s’intéressent à la ville.

Laissez un commentaire