Façade Denfert

Gastronomie solidaire

28 avril 2021
Projet Saint-Vincent-de-Paul / Refugee Food Festival
© Nico Pulcrano


Refugee Food Festival, membre de l’équipe du projet Façade Denfert, accueille les cuisiniers réfugiés et valorise leur savoir-faire. Saint-Vincent-de-Paul sera sa nouvelle adresse parisienne.

Entretien avec Louis Martin, co-fondateur de Refugee Food Festival

Qu’est-ce que le Refugee Food Festival ?
Une association dont l'objectif est de nous faire changer de regard sur les réfugiés : des personnes en détresse fuyant des théâtres de conflit ou des persécutions. Depuis quatre ans, Refugee Food Festival prend le contrepied des discours anxiogènes habituels, en valorisant les savoir-faire culinaires et la culture gastronomique des cuisiniers réfugiés. L’association leur offre des conditions d’accueil dignes de ce nom et la possibilité de développer leurs talents.

Vous organisez notamment un festival de cuisines du monde, d’où votre nom…
Tous les ans, en juin, des cuisiniers réfugiés collaborent avec des restaurants partenaires, du trois étoiles à la cantine de quartier, dans 15 villes du monde : Paris, Amsterdam, Athènes, Cape Town, San Francisco... Leurs clients se voient proposer pendant une journée des mets de grandes cuisines régionales, syrienne, géorgienne, d’Afrique de l’ouest... Mais ce n’est qu’une partie de notre activité.

Projet Saint-Vincent-de-Paul / Refugee Food Festival
© Lesly Junieth


D’autres initiatives entourent cet événement…
Deux programmes d’insertion professionnelle, pour commencer. Le premier, baptisé « Sésame », forme des personnes réfugiées au métier de cuisinier en restauration traditionnelle. Le second, « Tournesol », leur apprend la restauration collective. Tous deux délivrent un diplôme de commis de cuisine au terme d’un parcours de six mois et de stages immersifs. Nous sommes aussi traiteur solidaire. Des réfugiés en réinsertion préparent des repas pour des cocktails, des soirées… organisés par de grands groupes. Les cuisiniers présentent lors de ces événements les fondements de la carte proposée, attachée à leur parcours, leur histoire personnelle. Ce double récit suscite toujours un vif intérêt. Parallèlement, le Refugee Food Festival offre des résidences de formation à des chefs réfugiés tentés par l’entrepreneuriat. Certains d’entre eux étaient à la tête d’un restaurant, dans leur pays, et sont prêt à se lancer en France. En plus d’un accompagnement social et professionnel, nous mettons à leur disposition, dans notre restaurant du 12e arrondissement, la cuisine et une brigade de cuisiniers en insertion professionnelle.

Projet Saint-Vincent-de-Paul / Refugee Food Festival
© Mahka Eslami


Des restaurants sont-ils déjà nés de ces initiatives ?
Trois adresses ont ouvert leurs portes depuis le lancement de ce programme. « Chez Magda », dans le 19e arrondissement est l’œuvre de Magda Gegenava, une cuisinière géorgienne. Le restaurant Narenj, à Orléans, a été créé par Nabil Attar (réfugié Syrien) et « Jouri », à Nanterre, par Mohammad Elkhaldy, un réfugié syrien.

Projet Saint-Vincent-de-Paul / Refugee Food Festival
© Mahka Eslami


Allez-vous développer à Saint-Vincent-de-Paul l’ensemble de vos activités ?
Le projet les intègre et les amplifie. Refugee Food Festival ouvrira dans la Façade Denfert un restaurant et un café avec deux terrasses extérieures : une dans la cour Oratoire, l’autre dans la « cour cachée », accès à la salle événementielle de la Pouponnière. Le restaurant accueillera huit personnes en contrat d’insertion, alors qu’elles ne sont que deux dans le 12e arrondissement. Des suites de parcours pour les formations « Sésame » et « Tournesol » y seront proposées et davantage de chefs réfugiés s’initieront à la création d’entreprise. La Façade Denfert présente pour nous un potentiel unique de sensibilisation du public : habitants du quartier, Parisiens, visiteurs de toute provenance… Le café et le restaurant seront notre vitrine, un espace d’ouverture et de rencontres. L’idée est ensuite d’interagir étroitement avec les deux autres acteurs de la Façade Denfert : Thanks For Nothing, opérateur culturel, et Makesense, incubateur social d’entreprises. Des initiatives communes verront le jour. Elles inscriront Refugee Food Festival dans la programmation événementielle multiforme et attractive du site. Elles mettront les réfugiés en relation avec les initiatives entrepreneuriales développées à l’aide de Makesense. La Collective, nom de l’équipe de projet Façade Denfert, découle de cet esprit de collaboration et d’enrichissement mutuel. Refugee Food Festival porte enfin un programme d’aide alimentaire. L’association travaille déjà depuis une année environ à la production de repas pour les plus démunis. Ils sont notamment distribués par les Restos du Cœur ou dans les hôtels sociaux avec le soutien de la mairie de Paris. 

Projet Saint-Vincent-de-Paul / Refugee Food Festival
© Béa Uhart


Comment intégrez-vous les préoccupations écologiques du projet Saint-Vincent-de-Paul ?
Notre restaurant du 12e arrondissement est labellisé Écotable. L’établissement de la Façade Denfert le sera aussi. Cette certification se concrétise par la valorisation des biodéchets, la lutte contre le gaspillage alimentaire, l’approvisionnement en circuit court, l’achat de produits bio, ou encore l’utilisation de produits d’entretien écoresponsables. Des partenariats avec des associations comme Slow Food, agissant en faveur d’une alimentation plus vertueuse, s’inscrivent aussi dans ce cadre. Une option végétarienne est disponible dans toutes nos cartes.

Comment se développe le partenariat avec le promoteur immobilier Cogedim ?
C’est pour lui comme pour nous une première. Ce major de l’immobilier manifeste une réelle volonté d'accompagner de nouveaux acteurs de la sphère solidaire et culturelle, comme Refugee Food Festival, Thanks For Nothing et Makesense. Nous en sommes agréablement surpris. C’est aussi la première fois que nous participons à un projet de taille urbaine, au programme complexe et avec un très grand nombre d’intervenants. Une situation qui nécessite un savoir-faire particulier. Aussi, nous nous faisons épauler depuis décembre par Manifesto, une agence d’ingénierie culturelle dont le rôle est de faciliter notre dialogue avec l’ensemble des parties prenantes du projet.

Projet Saint-Vincent-de-Paul / Refugee Food Festival
© Bopa Production

Projet Saint-Vincent-de-Paul / Refugee Food Festival
© Vassili Feodoroff

Projet Saint-Vincent-de-Paul / Refugee Food Festival
© Mahka Eslami

Projet Saint-Vincent-de-Paul / Refugee Food Festival
© Charles Mangin

Laissez un commentaire